Comportement maternel
Fonctions : santé physique des petits

Citation

« La mère est un être double dont les sensations embrassent toujours deux existences. »

Honoré de Balzac

Documentation web

Sommaire
  1. Développement comportemental : vue d'ensemble
    1. Ontogenèse des comportements
    2. Facteurs génétiques
    3. Facteurs épigénétiques
    4. Conclusion générale sur l'ontogenèse des comportements
  2. Périodes du développement comportemental du chien et du chat
    1. Généralités
    2. Enjeux
    3. Périodes
      1. Période prénatale du chien et du chat
      2. Période néonatale du chien et du chat
      3. Période de transition du chien et du chat
      4. Période de socialisation du chien et du chat
      5. Période juvénile du chien
    4. Différences de développement comportemental entre le chien et le chat
  3. Processus particuliers
    1. Période sensible
    2. Comportement maternel
      1. Définition
      2. Attachement et comportement maternel
      3. Bases biologiques
        1. Bases biologiques du comportement maternel chez la brebis
        2. Bases biologiques du comportement maternel chez d'autres espèces
        3. Bases biologiques du comportement maternel chez l'homme
        4. Activation du comportement maternel par le petit
        5. Rôle de l'expérience chez les femelles pluripares
        6. Rôle du tempérament et des troubles comportementaux des femelles
      4. Fonctions du comportement maternel
        1. Comportement maternel et santé physique des petits
          1. Tétée
          2. Maturations tactiles et olfactives des nouveau-nés
          3. Apaisement des jeunes
          4. Protection des jeunes et défense du nid
        2. Comportement maternel et maturation psychologique des petits
          1. Processus enclenchés par la mère pour la maturation psychologique des petits
          2. Initiation du comportement exploratoire
      5. Suite du comportement maternel et détachement
    3. Empreinte ou imprégnation
    4. Attachement
    5. Autonomie des jeunes
    6. Socialisation
      1. Socialisation intraspécifique
      2. Socialisation interspécifique
    7. Homéostasie sensorielle
    8. Acquisition des autocontrôles
    9. Détachement
  4. Développement comportemental du chien
  5. Développement comportemental du chat
  6. Troubles du développement comportemental du chien et du chat
  7. Prévention des troubles du développement comportemental du chien et du chat

Bibliographie

Le comportement maternel possède de nombreuses fonctions qu'on peut décomposer artificiellement en deux catégories :

Girafon à la mamelle
Girafon à la mamelle
(Photo : creativecommons.org/Randi-Deuro)

Dans sa théorie de l'attachement, John Bowlby (1907-1990) réserve le terme d'attachement à l'attachement des petits à la mère : il parlera de " caregiving " (fonction de prendre soin) qui sous-tend les soins parentaux répondant aux besoins d'attachement de l'enfant (1988).

Il déclare que : « la relation parent-enfant n'est en aucune façon exclusivement attachement-soins. » Mais, il déclare que cette dernière est prioritaire sur les autres : nourrir-nourri, jeux partagés, apprenant-enseignant en ordre décroissant.

« L'attachement ne constitue pas l'entièreté des relations. » (Rutter et 0'Connor). Ces relations comprennent aussi des « aspects de discipline, la mise en forme d'expériences sociales, l'offre de modèle de comportement, l'enseignement, les échanges conversationnels (et donc le développement des idées et les interactions ludiques. »


Le caregiving correspond à l'attachement parental des modèles animaux : nous parlerons, chez les animaux, des attachements mère-petit et petit-mère qui, nous le verrons, ne surviennent pas à la même période (période néonatale et période de transition).


Les femelles primipares présentent souvent un comportement maternel insuffisant, signe qu'il faut une certaine maturation (rôle de l'expérience chez les femelles pluripares).

Des processus physiologiques ou psychologiques peuvent perturber ce comportement (mauvaise mère).

Comportement maternel et santé physique des nouveau-nés

Le comportement maternel est très intense dès la parturition.


Le contact qui apporte la chaleur aux nouveau-nés (mère et fratrie) et la tétée sont les renforcements positifs clés pour les nouveau-nés.

Réflexe de portage
Réflexe de portage
(Photo : creativecommons.org/jssz)

Durant les premiers jours, la mère reste tout le temps au nid, maintient les petits rassemblés et assure par sa présence :

La mère ne s'éloigne du nid que pour s'alimenter, s'abreuver et éliminer.


La chatte ne quitte le nid que 2 heures par jour durant la première semaine.

Tétée

Lors des tétées, la mère reste en général immobile. Elle est alertée dès que les jeunes poussent un gémissement de détresse et, quand ils se retrouvent hors du nid, les ramène :

  • avec le museau, un chiot qui s'éloigne d'elle ;

Ce comportement est inné : il apparaît à la naissance du dernier chiot et disparaît vers le 13ème jour chez la chienne.

  • en les prenant par la peau du cou (réflexe de portage) : la chatte provoque ainsi une immobilité réflexe sur le petit. Ces récupérations ont souvent lieu pendant la deuxième semaine.
Léchage des chiots
Léchage des chiots
(Photo : creativecommons.org/eciagreece.com)

Une chatte dérangée change de nid et y transporte ses jeunes. Certaines le font même d'office entre la 3ème et la 4ème semaine.

La stimulation olfactive du colostrum a un effet marqué sur le développement des prématurés humains, et même, sur l'attachement de l'agneau à sa mère (non retrouvé chez les autres espèces).

Maturations tactiles et
olfactives des nouveau-nés

La mère lèche consciencieusement ses petits et les flaire souvent longuement, ce qui a plusieurs conséquences majeures.

1. Lors de la parturition, le léchage permet :

2. Un peu plus tard, les stimulations tactiles (aussi bien de la fratrie que de la mère par le léchage, ou lors la tétée) contribuent à la maturation des petits.

Elles provoquent l'acquisition d'une préférence pour une odeur aversive au départ (en quelques heures chez le raton et le bébé).

La parturition, par les pressions exercées par les contractions utérines et le passage au niveau de la filière pelvienne, augmente les apprentissages olfactifs chez le bébé (observation effectuée sur des accouchements longs).

En outre, il semble que des phénomènes identiques, chez les petits comme chez la mère lors de la parturition, déclenche une activation de la sécrétion de noradrénaline au niveau du bulbe olfactif, ce qui a pour effet de modifier la maturation des neurones olfactifs et, par conséquence d'améliorer l'apprentissage olfactif des petits (ocytocine et mémoire olfactive) .

Léchage des chiots
Loups roux dans leur tanière
(Photo : creativecommons.org/Red-Wolf-Recovery-Program)

De plus, les stimulations tactiles contribuent :

Les excrétâts sont absorbés pour nettoyer le nid. Toutefois, ils laissent une odeur qui est essentielle pour la reconnaissance et la localisation du nid par les petits (odeur du nid).

Comme dit si bien Yveline Leroy :  « L'odeur agit comme un filet invisible qui limite les déplacements des jeunes nidicoles.  »

  • à les réchauffer par son contact (les petits sont hétérothermes),
  • de contribuer à la maturation tactile des nouveau-nés, aussi bien chez le chien que le chat, si importante par la suite, en faisant varier les différents stimuli.

Les stimulations tactiles accélèrent le développement des prématurés.

Apaisement des nouveau-nés

Développement comportementalPériodes de développement comportemental du chien et du chat
Période prénatalePériode néonatalePériode de transition
Période de socialisationPériode juvénileProcessus particuliers
Période sensibleComportement maternelEmpreinte ou imprégnationAttachement
Autonomie des jeunesSocialisationSocial. intraspécifiqueSocial. interspécifique
Homéostasie sensorielleAcquisition des autocontrôlesDétachement

Bibliographie
  • Hay M. - Ontogenèse des comportements - 3ème cycle professionnel des écoles nationales vétérinaires, Toulouse, 2000
  • Vaysse G., Médioni J. - L'emprise des gènes et les modulations expérentielles du comportement - Bios, Université Paul Sabatier, Privat, Toulouse, 1982
  • McFarland D. - Le comportement animal, psychobiologie, éthologie et évolution - De Boeck Université, Bruxelles, 613 p., 2001
  • Immelmann K. - Dictionnaire de l'éthologie - Pierre Mardaga Editeur, Liége, 296 p., 1990
  • Pageat P. - Pathologie du comportement du chien - Editions du Point Vétérinaire, Maisons-Alfort, 384 p., 1998
  • Pageat P. - Sémiologie en pathologie comportementale - Point Vétérinaire, 1990
  • Dehasse J. - Tout sur la psychologie du chien - Odile Jacob, Paris, 400 p., 2009
  • Giffroy J.M. (Prof. Université de Namur, Belgique) - L'éthogramme du chien - 3ème cycle professionnel des écoles nationales vétérinaires, Toulouse, 2000
  • Pieson P., Grandjean D., Sergheraert R., Pibot P. - Guide pratique de l'élevage canin - Royal Canin, 347 p., 1996
  • Bradshaw J.W.S. -The behaviour of the domestic cat - CAB Intrernational, Wallingford, 219 p.,1992
  • Dehasse J. - Tout sur la psychologie du chat - Odile Jacob, Paris, 604 p., 2005
  • Gagnon A.-C - Comportement du chat : clinique et biologie - Éditions du point vétérinaire, 350 p., 2012
  • Giffroy J.M. (Prof. Université de Namur, Belgique) - L'éthogramme du chat - 3ème cycle professionnel des écoles nationales vétérinaires, Toulouse, 2000
  • Malendin É., Little S., Casseleux G., Shelton L., Pibot P., Paragon B.-M. - Guide pratique de l'élevage félin - Royal Canin -344 p., 2000