Embryologie générale : gastrulation
Protostomiens et deutérostomiens

Citation

« Telle petite oeuvre imparfaite survivra à telle oeuvre imposante, bâtie en manière de chef-d'oeuvre : ainsi des insectes sans bouche survécurent aux grands sauriens. »

Jean Rostand

Documentation web

Sommaire

Chez les espèces triploblastiques (à trois feuillets primitifs), un troisième feuillet apparaît, le mésoderme, ce qui les différencient des diploblastiques (à deux feuillets).

Il se place entre l'ectoderme (qui produira les structures de revêtement et une partie du tissu nerveux) et l'endoderme (tissu digestif).

Archentéron et blastopore

En règle générale, la gastrulation fait apparaître une nouvelle cavité, l’archentéron ou intestin primitif, au sein du blastocèle qui disparaîtra progressivement.

Larve d'oursin
Larve d'oursin
(Figure : © vetopsy.fr - Photos : © Brian E. Staveley)

Le blastopore est l'ouverture sur l'extérieur de l'archentéron, à l’origine du tube digestif et formé par l'endoderme.

Selon la destinée du blastopore, les triploblastiques peuvent être séparer en :

On peut employer aussi d'autres classifications pour les triploblastiques :

Protostomiens


Les protostomiens, (du grec " stomos ", bouche et " protos ", premier : bouche en premier) sont des animaux triploblastiques
dont le blastopore est à l'origine de la bouche.

Les protostomiens sont représentés par les némathelminthes, les annélides, les mollusques et les arthropodes.

Caractéristiques des protostomiens
Caractéristiques des protostomiens
(Figure : © vetopsy.fr)

1. Leur caractérisation est donc fondée, au départ, sur un critère embryologique.

Lors de la gastrulation, le blastopore deviendra la bouche : l'anus sera percé suite à la mise en place des tissus.

Chez certaines espèces protostomiennes (annélides), le blastopore produit la bouche et l’anus (gastrulation amphistomienne).

Cependant, les protostomiens présentent d'autres différences avec les deutérostomiens.

2. Leur coelome se forme par schizocoelie.

La masse mésodermique, de chaque côté de l'endoderme se creuse d'une cavité. Celles-ci confluent pour former une cavité unique (essentiellement chez les annélides).

3. Les protostomiens sont hyponeuriens (" nerfs en dessous ") : leur système nerveux, constitué d'une chaîne ganglionnaire, est situé en position ventrale par rapport au tube digestif.

Toutefois, un collier péri-oespohagien relie cette chaîne aux ganglions cérébroïdes situés dorsalement à la cavité buccale.

4. Leur segmentation est en général de type spirale.

5. Leur ectoderme secrète de la chitine (du grec kutos, " tunique "), à l'origine des cuticules externes des insectes, des carapaces des crustacés, des coquilles des mollusques…

Deutérostomiens


Les deutérostomiens, (du grec " stomos ", bouche et "  deutos  ", second : bouche en second) sont des animaux
triploblastiques dont le blastopore est à l'origine de l'anus.

Les deutérostomiens sont représentés par les échinodermes, hémichordés, tuniciers, céphalochordés, vertébrés).

1. Leur caractérisation est donc fondée, au départ, sur un critère embryologique.

Caractéristiques des deutérostomiens
Caractéristiques des deutérostomiens
(Figure : © vetopsy.fr)

Lors de la gastrulation, le blastopore deviendra l'anus : la bouche sera percé suite à la mise en place des tissus.

Chez les Mammifères, la bouche nécessite le percement de la membrane oropharyngée et l'anus celui de la membrane cloacale.

Cependant, les deutérostomiens présentent d'autres différences avec les protostomiens.

2. Leur coelome se forme par entérocoelie.

La cavité coelomique a pour origine un bourgeonnement de l'archentéron qui s'en détache.

  • Ce sont essentiellement les échinodermes qui présentent un tel processus.
  • Quant aux vertébrés, la formation du coelome est proche de la schizocoelie des protostomiens.

3. Les deutérostomiens sont :

4. Leur segmentation est en général de type radiaire (rotationnelle chez les mammifères).

5. Leur ectoderme sécrète de la kératine, constituant principal des phanères (poils, plumes, cornes, ongles, becs de nombreux animaux).

On trouve aussi de la tunicine chez les tuniciers.

EmbryologieEmbryogenèseZygote (oeuf fécondé)Segmentation
GastrulationOrganogenèseDifférenciation cellulaire

Bibliographie
  • Gilbert S.F. - Biologie du développement - DeBoeck Université, Bruxelles, 836 p., 2004
  • Le Moigne A., Foucrier J. - Biologie du développement - Dunot, Paris, 414 p., 2009
  • Wolpert L. and coll - Biologie du développement - Dunot, Paris, 479 p., 2004
  • Houillon Ch. - Embryologie - Hermann, Paris, 184 p., 1979
  • Marieb E. N. - Anatomie et physiologie humaines - De Boeck Université, Saint-Laurent, 1054 p., 1993
  • Lodisch et coll - Biologie moléculaire de la cellule - DeBoeck Université, Bruxelles, 1154 p., 2014