Structure sociale des chats " free roaming " :
vie solitaire

Citation

« L'individu, unique et solitaire, se suffit à lui-même. L'indépendance est donc du côté de l'individu, qui peut à la limite ne prendre pour norme que son désir. »

Antoine Spire

Sommaire

Les chats " free roaming " sont des chats " libres " (to roam free : se promener en liberté).

La grande variabilité de la structure sociale des félins sauvages se retrouve chez le chat ( infos).

  • Durant la dernière décennie, un certain nombre de travaux ont démontré que dans certaines conditions, les chats constituent spontanément des groupes.
  • Les systèmes régissant les interactions entre les individus et leur permettant de s'adapter à des environnements différents sont plus complexes que ce qui était généralement admis : ils sont encore très mal connus.

Chats sur un toitDe nombreuses recherches ont été entreprises sur des populations de chats " free roaming " qui n'avaient pas nécessairement pour but d'étudier la structure sociale.

  • Elles mettent en évidence des densités de population très différentes et parfois très élevées de même que l'existence d'un continuum entre la vie solitaire et la vie en groupe.
  • Bien qu'elle soit liée à des conditions d'environnement - généralement alimentaires - découlant de l'activité humaine, la formation de groupes n'est pas imposée par l'homme et est d'ailleurs surtout le fait de chats ayant peu de contacts avec lui.

Définitions indispensables

L'aire vitale (en anglais : total range) est  « l'espace total qu'un individu ou un groupe organisé stable parcourt tout au long de son existence. Il inclut les différents territoires, les sites de séjour temporaire et les chemins de migration » (Walther). On parle de

  • domaine vital si cet espace est utilisé par plusieurs individus ou plusieurs groupes ;
  • territoire si cet espace est défendu vis-à-vis des congénères.

Le domaine vital (en anglais : home range) est une portion de l'aire vitale qu'un animal ou qu'un groupe d'animaux fréquente au cours d'une période donnée.

Le territoire (étymologie :  étendue de pays formant une circonscription politique) est une portion du domaine vital défendu sélectivement.

Circonstances où le chat vit en solitaire

Chat mangeant et mouetteLe chat vit en solitaire dans les circonstances suivantes :

  • un environnement naturel,
  • une densité de population très faible,
  • une alimentation peu abondante, répartie uniformément et constituée de proies sauvages.

Ce milieu existe dans des îles inhabitées ou dans la brousse où la présence humaine y est rare ou inexistante.

  • La densité de la population est très faible : 1 à 50 chats par km2.
  • Les domaines vitaux des mâles sont étendus (30 à 500 ha) : leur surface dépend de l'abondance et de la dispersion des proies.

Les mâles sont solitaires et territoriaux. Mais, il est difficile de le prouver.

  • La principale difficulté réside dans le fait qu'on n'observe pratiquement jamais d'interactions entre deux individus.
  • On ne sait donc pas si des territoires sont défendus et comment ils le sont :  les dépôts de signaux olfactifs se font aussi bien au centre que sur les pourtours du domaine vital.

L'organisation spatio-temporelle du territoire, grâce aux marquages, permet de limiter le nombre des rencontres et de reconnaître les voisins immédiats, que l'on nomme " dear ennemy ", des inconnus de passage ( infos).

Territoires du chat Au printemps et en été, pendant la saison de reproduction, les domaines vitaux s'accroissent et chevauchent ceux des voisins. Leur taille est liée alors :

  • au nombre des femelles,
  • au statut du mâle (reproducteur ou non-reproducteur),
  • à sa stratégie de reproduction (sédentaire ou erratique).

Les domaines vitaux des femelles, dans ce même biotope, sont 3,5 fois plus petits en moyenne, que ceux des mâles. Les femelles forment des groupes restreints (mère-chatons)

  • Leur étendue dépend de la densité de la population et de l'abondance des proies.
  • Elle doit être suffisante pour nourrir la femelle et sa progéniture.

L'alimentation provient de la capture de proies sauvages (rongeurs, lapins, oiseaux de mer...) qui sont généralement réparties uniformément sur le domaine vital.

Dans la vie en groupe, les territoires sont en général centrés sur la source abondante de nourriture.

Comportements solitaires quelles que soient les circonstances

Les comportements solitaires sont :

Structure sociale des félins sauvagesVie solitaire du chatVie en groupe du chat
Chat de compagnie

Bibliographie
  • Giffroy J.M. (Prof. Université de Namur, Belgique) - L'éthogramme du chat - 3ème cycle professionnel des écoles nationales vétérinaires, Toulouse, 2000
  • Aron S., Passera L. - Les sociétés animales - DeBoeck Université, Bruxelles, 336 p., 2000
  • Goldberg - Les Sociétés animales. Communication, hiérarchie, territoire, sexualité, Delachaux et Niestlé, 1998.
  • Dehasse J. - Tout sur la psychologie du chat - Odile Jacob, Paris, 604 p., 2005
  • Wright M., Walters S. - Le livre du chat - Septimus éditions, 256 p., 1980
  • Cours de base du GECAF